Crédit immobilier : Bercy pense à assouplir les conditions d’accès

D'après la déclaration transmise mardi à l'AFP, le ministère de l'Économie tient à assouplir les conditions de crédit.

Protéger contre le surendettement

Suite à la baisse de l’octroi des crédits immobiliers, le ministère tient à assurer que les normes visant à protéger contre le surendettement n’empêche l’accès au crédit. Ainsi, à la demande du ministre, Bruno Le Maire, des travaux d’évaluation ont été menés avec la Banque de France, le HCSF et les acteurs concernés

 

Sans compter que depuis le 1 er janvier 2022, les banques françaises doivent respecter des critères mis en place par le HCSF pour accorder un crédit immobilier. Tel que l’application d’un taux d’effort qui est le montant total des dépenses liées à l’habitation rapporté aux revenus. Soit 35 % maximum et une durée d’endettement de 27 ans au plus dans certains cas. 

Une crainte d’effondrement des crédits

Les établissements peuvent accorder des crédits de 20 % si les dérogations concernent l’acquisition d’une résidence principale qui vise un tiers des cas à soutenir des primo-accédants. Cependant, les acteurs de l’immobilier craignent un effondrement des crédits octroyés au dernier trimestre 2022.

 

Le ministère de l’Économie souhaite donc s’assurer que cette norme qui a pour but de stabilisé la finance en évitant un excès d’endettement. Et que cela ne devienne un obstacle à l’accès au crédit. 

Afficher Masquer le sommaire
Lire :  Crédit immobilier : emprunter sous les 3 % devient rare

Partagez votre avis