Réjouissance ! La vaccination des Français en forte progression dans le secteur de la santé

En cette Semaine européenne de la vaccination, Santé publique France dresse un bilan contrasté de la vaccination en France pour l’année 2023. Si des progrès notables sont observés, des efforts restent nécessaires pour atteindre les objectifs de couverture vaccinale et combler les disparités persistantes.

Des avancées encourageantes chez les nourrissons et les adolescents

La couverture vaccinale des nourrissons pour les vaccins nouvellement recommandés a connu une progression importante en 2023. Près de 75 % des nourrissons nés en 2023 ont reçu au moins une dose de vaccin contre le méningocoque B à huit mois, contre 49 % en 2022. Pour le rotavirus, environ un tiers des nourrissons nés en 2023 ; première cohorte pour laquelle la vaccination est recommandée – ont reçu au moins une dose à 8 mois.

Lire aussi : L’inflation affecte également les produits bénéfiques pour la santé, avertit l’association Familles rurales.

Concernant les vaccinations obligatoires du nourrisson, les couvertures sont globalement élevées mais progressent insuffisamment pour la rougeole, toujours en dessous de l’objectif de 95 %. Santé publique France insiste sur la nécessité de rattraper le vaccin pour tous les enfants, adolescents et jeunes adultes nés après 1980. Et qui n’auraient pas reçu un schéma vaccinal complet à deux doses. Ce, face à la recrudescence de maladies évitables comme la rougeole et à l’arrivée de millions de visiteurs étrangers pour les Jeux olympiques,

Chez les adolescents, la proportion de vaccinés contre le méningocoque C a également fortement augmenté en 2023, passant à 48 % contre 43,8 % en 2022.

Couverture vaccinale insuffisante contre la grippe et le Covid-19 chez les personnes à risque

Malgré les efforts de communication, la couverture vaccinale contre la grippe et le Covid-19 reste insuffisante chez les personnes à risque. Un peu plus de la moitié des 65 ans et plus (54 %) ont été vaccinés contre la grippe pendant la saison 2023-2024, soit 2,2 points de moins qu’un an auparavant. Pour les moins de 65 ans à risque de forme grave de la grippe, le taux de vaccination est encore plus bas, à 25,4 %, soit 6,2 points de moins qu’en 2022. Concernant le Covid-19, seul un tiers des 65 ans et plus ont reçu leur dose de rappel.

Lire :  Prime de partage de la valeur : découvrez les conditions pour la bénéficier

Réjouissance ! La vaccination des Français en forte progression dans le secteur de la santé

À lire : Hausse des cas de tuberculose en France : Santé publique France lance un appel à la vigilance

Une adhésion à la vaccination globalement stable  des disparités persistantes

Si l’adhésion à la vaccination en France métropolitaine se stabilise à un niveau élevé, des disparités socio-économiques importantes demeurent. Surtout avec plus de huit personnes sur dix favorables à la vaccination en général. Les personnes ayant les diplômes ou les revenus les plus faibles sont toujours moins enclines à se faire vacciner. Et pour la première fois depuis la pandémie de Covid-19, cette tendance s’observe également chez les plus âgés.

Des efforts de communication et de sensibilisation nécessaires pour atteindre les objectifs de vaccination

Face à ces constats, Santé publique France appelle à intensifier les efforts de communication et de sensibilisation pour atteindre les objectifs de couverture vaccinale et réduire les disparités. L’agence souligne notamment l’importance de lutter contre les fausses informations et les théories du complot qui circulent sur les vaccins.

Vous devez lire aussi : La CAF et l’accès à la santé : voici les initiatives pour garantir une couverture médicale aux familles

La progression de la vaccination en France en 2023 est encourageante. Cependant, des efforts restent nécessaires pour atteindre les objectifs de couverture vaccinale et protéger l’ensemble de la population contre les maladies évitables. Une communication claire, précise et basée sur des faits scientifiques est essentielle pour lever les doutes et les réticences et garantir une protection optimale pour tous.

Afficher Masquer le sommaire
Lire :  VIH en Tunisie : l'explosion des cas qui doit sonner l'alarme

Partagez votre avis