Voiture électrique, une prime d’assurance plus salée

Savez-vous que les véhicules électriques sont généralement associés à une prime d'assurance plus élevée que les voitures à essence ? Un spécialiste révèle les causes sous-jacentes de ce phénomène.

Les publicités des assureurs automobiles pour les voitures électriques peuvent paraître alléchantes, mais elles ne disent souvent pas toute la vérité. Alors qu’ils proposent des réductions de 10 %, ce qui n’est pas indiqué, ce sont les coûts réels de l’assurance d’une voiture électrique – des prix qui pourraient être beaucoup plus élevés que prévu. En omettant cette information cruciale, ces publicités donnent une fausse impression et induisent leur public en erreur.

Voiture électrique, une prime d’assurance plus salée

Louis Cyr, un courtier d’assurance reconnu par les médias, a précisé qu’il y a quatre raisons principales pour lesquelles les voitures électriques sont chères à assurer. Malgré les annonces publicitaires populaires annonçant un rabais de 10 % sur ces véhicules, cela n’est finalement pas pertinent.

Il a souligné qu’il serait compliqué pour un assureur d’honorer les réclamations en raison de la rareté des véhicules électriques sur le marché. C’est cette difficulté à remplacer une voiture en un ou deux ans qui rend ce défi quasi insurmontable.

L’abondance des pièces est une préoccupation majeure. Par conséquent, l’assureur devrait être en mesure de fournir un véhicule électrique pour une période prolongée ou bien de compenser les dépenses de carburant.

Le prix des pièces détachées est un autre facteur qui rend les voitures électriques coûteuses. Cela joue en fait à l’avantage de Tesla, car ces coûts sont à la fois élevés et dépendent de la demande. En d’autres termes, la réparation d’une voiture électrique implique des dépenses technologiques plus élevées que pour les véhicules classiques, ce qui se traduit par des dépenses plus importantes pour les consommateurs.

Lire :  CAF : le mois prochain, le gouvernement à l'intention de renforcer l'aide sociale et d'en augmenter la valeur, afin d'accroître le bien-être des bénéficiaires.

Un spécialiste dévoile tout

Louis Cyr a notamment exposé les dangers liés à la conduite semi-autonome et autonome. De plus, les assureurs ont le devoir de s’assurer que de telles technologies sont présentes sur les voitures électriques.

Les compagnies d’assurance doivent honorer la demande, quelle que soit la faute. En d’autres termes, même si l’accident est dû à une défaillance technologique et non à une erreur humaine, le conducteur et l’assureur restent tous deux responsables des dommages subis.

Enfin, la prime d’assurance des voitures électriques est plus élevée en raison des risques accrus liés aux incendies. En effet, lorsqu’un incendie se produit dans un véhicule électrique, les coûts de décontamination sont nettement plus élevés que ceux encourus lorsqu’il s’agit de véhicules à essence.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis