Trésor gaulois de Tavers : le rachat par l’État met fin à la polémique

par | 15/05/2019 | Lifestyle

L’affaire du trésor gaulois de Tavers découvert en 2012 a connu un nouveau rebondissement. En effet, il devait être vendu aux enchères au Château de Meung-sur-Loire ce samedi 04 mai 2019. Très convoitée, cette vente a suscité l’intérêt de nombreuses personnes et même des musées étrangers qui avaient fait justement le déplacement pour assister à ce grand évènement. Cependant, retournement de situation : sans passer par les enchères, le trésor a directement été vendu au musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

Une vraie polémique autour de ce trésor gaulois de Tavers

Rappelons-le, le trésor gaulois de Tavers se compose de 65 objets, dont 58 pièces en alliage de cuivre, et 7 en fer et plomb. Il s’agit d’objets vieux de plus de 2 600 ans comportant des armes miniatures, des bracelets, des colliers et anneaux de chevilles. Ils ont été découverts dans un champ appartenant à un couple d’agriculteurs à Tavers, à proximité de Beaugency par des chercheurs de trésors. Toutefois, la fouille s’est faite sans l’autorisation de la préfecture. C’est pourquoi l’association « Halte au Pillage du Patrimoine archéologique et historique » a déposé une plainte à l’encontre de X pour destruction de site archéologique et fouilles illégales. Une plainte qui n’a pourtant pas eu de suite.

En réponse à cela, les commissaires-priseurs, Philippe et Aymeric Rouillac ont également décidé de porter plainte à leur tour contre les agents publics pour menace de trouble à l’ordre public et dénigrement en vue de stopper les enchères. Selon Aymeric Rouillac, cette vente est tout à fait légale, d’ailleurs, l’État ne s’y est absolument pas opposé. D’après lui, on essaie seulement de perturber la vente aux enchères et de l’empêcher d’avoir lieu.

L’État a finalement remporté la mise

Ce trésor gaulois a été classé « Trésor national » en avril 2016 par le ministère de la Culture. Et selon les commissaires-priseurs, cette vente aux enchères a attisé la convoitise de plusieurs musées étrangers en particulier ceux situés dans le Golfe du Persique et en Amérique. Ceci dit, la vente n’a jamais eu lieu puisque les 65 pièces ont été vendues de gré à gré à l’État pour une somme de 50 000 euros. De cette façon, le trésor pourra rester sur le territoire français et rejoindre la collection entreposée dans le Musée archéologique national de Saint-Germain-en-Laye. Et cela, malgré le fait que ce trésor aurait pu se vendre à un prix très attractif, pouvant aller jusqu’à 200 000 euros au minimum. Selon le couple d’agriculteurs, l’argent n’est pas l’objectif final. D’ailleurs, il a été prévu qu’une partie de cet argent sera versé à la commune de Tavers.

Et d’un point de vue archéologique, cette découverte permet non seulement d’en savoir plus sur l’art de vivre des Gaulois à cette époque. Mais en plus, selon les dires de Pierre-Yves Milcent, un archéologue et auteur d’une étude scientifique du dépôt de Tavers, cela va permettre de documenter au mieux la société et la façon d’utiliser ces objets pour se parer ainsi que de leur signification en matière de rang et d’organisation.

Restez au courant de l'actualité sur NajacTribune.