Réformes des retraites : la première ministre Elisabeth Borne demande “une période de récupération”

En ce vendredi 7 avril 2023, la Première ministre a appelé à la prudence et à ne pas "précipiter les choses", adoptant une approche moins intransigeante que celle du président Emmanuel Macron.

Le 7 avril 2023, le Premier ministre Elisabeth Borne a mis en garde contre une réforme trop rapide des retraites afin d’éviter que les syndicats ne se sentent “humiliés” Elle a insisté sur la nécessité de laisser un temps de récupération pour que tout le monde soit satisfait. Ces propos ont été rapportés par le journal Le Monde.

Contrairement aux commentaires qu’il a faits en Chine cette semaine, Emmanuel Macron a adopté une approche plus conciliante dans sa dernière déclaration.

Rejetant les déclarations de Laurent Berger, responsable de la CFDT, selon lesquelles “une crise démocratique serait en cours en France” il a fermement rejeté cette idée. Le Président de la République a déclaré avec insistance que sa mission de réforme des retraites est renforcée par un mandat résolu, et il a exprimé son profond désarroi face aux “violences” commises par les manifestants.

 

« Ne pas précipiter les choses »

Deux jours après sa rencontre avec l’intersyndicale et une semaine avant que le Conseil constitutionnel n’annonce sa décision sur la réforme, le Premier ministre a rappelé qu’il fallait agir avec discernement et ne pas précipiter les choses.

Cherchant le moment idéal pour relancer les conversations, le chef du gouvernement insiste sur le fait que “les syndicats ne doivent pas être déshonorés par cette série d’événements” et recommande à “respecter une période de convalescence.”

Laurent Berger a été convaincu par cette déclaration

Laurent Berger, dans une interview à BFMTV, a souligné qu’il soutenait la volonté de rechercher un compromis sur la réforme et a précisé que les propos d’Elisabeth Borne n’apaisaient pas les désaccords de fond.

Lire :  Pénurie de carburant : plusieurs stations-services sont en rupture de stock à cause de la grève dans les raffineries !

Le Premier ministre a noté que ses propos étaient “plus respectueux que ceux de la Chine” et a souligné l’importance de ne pas attiser les tensions.

 

 

 

 

Le leader du syndicat CFDT a eu des relations tendues avec le président Macron, mais a tout de même insisté sur le fait “qu’il n’y a jamais eu de problème concernant le respect” envers le chef du gouvernement français.

L’entourage du président, depuis la Chine, a confirmé que le chef de l’Etat collabore avec son Premier ministre, puisqu’il lui avait déjà confié une mission d’ici fin mars pour élaborer une “feuille de route” en coopération avec les syndicats.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis