Réforme des retraites : le recul de l’âge légal de départ provoque des tensions

La nouvelle réforme des retraites tient à décaler l'âge légal de départ à 64 ans, une décision qui n'est pas unanime. En effet, ce nouveau recul a déjà réussi à mobiliser les Français dans la rue afin de faire part de leur mécontentement.

Une descente dans la rue

Nombreux n’adhèrent pas du tout le recul de l’âge de départ à 64 ans et les syndicats n’ont pas manqué de faire entendre leur mécontentement. En effet, de nombreux grévistes dans différents secteurs d’activité se sont mobilisé le jeudi 19 janvier dans la rue. Tandis que les associations craignent de perdre de nombreux bénévoles puisque la plupart d’entre eux sont des personnes âgées retraitées. Les personnes âgées de plus de 65 ans représentent un tiers de leurs bénévoles, même que quatre présidents sur dix des associations sont des seniors.

 

Il s’avère que les jeunes retraités sont les plus actifs et les plus investis dans divers projets pour ne pas se retrouver sans activité. C’est ce qui fait d’eux les personnes idéales et les plus rechercher dans de nombreuses associations. De plus, cette activité est à la fois enrichissante, divertissante et permet de venir en aide aux personnes dans le besoin de quoi motivé ces derniers au lieu de se retrouver seul chez soi.

Les associations craignent le pire

En tout cas, la réforme des retraites proposée par le gouvernement laisseront les associations dans une grande difficulté à trouver des bénévoles. Cela dû au fait que les personnes âgées de 62 à 64 ans ne seront donc plus disponibles. Entraînant ainsi la réduction d’âge ciblée, bien qu’à un certain âge, il faut aussi considérer les problèmes de santé ou encore les difficultés à se déplacer chez les seniors. Freinant ainsi l’investissement dans des associations, ainsi compliquera le renouvellement des 17 000 bénévoles que compte les associations françaises.

Lire :  Réforme des retraites : Elisabeth Borne affirme que le report de l’âge de départ à la retraite de 62 à 64 ans « n’est plus négociable »

En effet, depuis dix ans, de moins en moins de retraité prennent part dans les associations selon les dernières études. Cela serait causé par l’envie des parents très âgés de s’occuper ou de se lancer dans des voyages après la fin de leur carrière. Cependant, les présidents d’association souhaiteraient continuer à compter sur les jeunes retraités de 62 et 64 ans afin d’assurer la survie des institutions.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis