Pourquoi les tarifs des carburants sont-ils présentés avec une précision de trois chiffres après la virgule ?

Les prix des carburants sont une préoccupation majeure pour les consommateurs, qui sont sensibles à la moindre variation. C'est pourquoi les tarifs sont souvent présentés avec une précision de trois chiffres après la virgule. Mais est-ce vraiment nécessaire ?

Première explication : une question de précision

La première explication est que les prix des carburants sont fixés sur la base d’une base de calcul qui comprend trois chiffres après la virgule. Par exemple, le prix du baril de pétrole est fixé en dollars par baril, avec une précision de trois décimales. Le prix des carburants est ensuite calculé en fonction de ce prix, en ajoutant les taxes et les marges des distributeurs.

Voir plus : Carburant : est-ce encore rentable de rouler au superéthanol E85 ?

Deuxième explication : une question de marketing

La deuxième explication est que la précision à trois chiffres après la virgule est utilisée à des fins marketing. En effet, les consommateurs sont plus sensibles aux variations de prix en centimes qu’en euros. Ainsi, une augmentation de 0,01 euro sur le prix de l’essence sera perçue comme plus importante qu’une augmentation de 0,10 euro.

Pourquoi les tarifs des carburants sont-ils présentés avec une précision de trois chiffres après la virgule ?

Troisième explication : une question réglementaire

Enfin, la précision à trois chiffres après la virgule est également imposée par la réglementation. En France, par exemple, les prix des carburants doivent être affichés avec une précision de trois décimales.

Lire aussi : Carburant : après deux semaines de baisses consécutives, le prix du carburant a augmenté !

La précision à trois chiffres après la virgule des tarifs des carburants est donc à la fois une question de précision, de marketing et de réglementation. Cette pratique est controversée, certains consommateurs estimant qu’elle est trompeuse et qu’elle contribue à l’augmentation des prix.

Afficher Masquer le sommaire
Lire :  Crédit immobilier : le taux moyen passe la barre des 3 % en mars

Partagez votre avis