La France en retard pour ses objectifs de développement des énergies renouvelables

Ce mardi, l'Observ'ER a révélé que la France est en retard sur ses ambitions pour le déploiement des énergies renouvelables électrique qu'elle s'est fixé pour cette année 2023. Que ce soit pour l'éolien ou pour le solaire.

Hors de portée

D’après la révélation du Baromètre annuel Observ’EF, la France ne devrait pas atteindre les objectifs fixés pour le déploiement des énergies renouvelables électriques sur la période 2019-2023. En ce qui concerne l’éolien terrestre, l’objectif placé est de 24,1 gigawatts (GW) à atteindre pour la fin de 2023. Un but qui semble encore hors de portée puisque l’Hexagone parvient à peine à 20 GW à la fin de septembre 2022.

 

D’ailleurs, « la progression actuelle n’est pas en phase avec le rythme demandé par la programmation pluriannuelle de l’énergie » entre l’année 2019 et 2023 confie l’étude réalisée en partenariat avec la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies  (FNCCR) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) de la transition écologique.

Prise de conscience sur le besoin d’indépendance énergétique nationale

Afin de remplir ses objectifs, près de 4 GW de puissance supplémentaire devrait être raccordé à la France pour cette année. Toutefois, cela parait hors de portée de la filière française. De plus que le secteur n’aura jamais atteint 2 GW de puissance supplémentaire annuelle, révèle le bilan. 

 

En ce qui concerne le photovoltaïque, le secteur n’est toujours pas dans la bonne trajectoire, a admis Observ’ER qui se basent sur les données d’Enedis et D’EDF. Durant l’année 2022, le mois de septembre, la France comptait 15,8 GW de capacités installées alors qu’elle devait atteindre 20,1 GW à la fin de 2023. Bien que le parc national devrait compter que 19 GW à la fin de l’année, il se peut ne pas parvenir à l’objectif fixé pour 2028 soit entre 35 GW et 44 GW.

Lire :  Dadju cartonne avec les plus grands noms du rap français au Parc des Princes

 

D’après le directeur générale de la NFCCR, Pascal Sokoloff, « La crise de l’approvisionnement en électricité, exacerbée par le conflit à l’est de l’Europe, a révélé une prise de conscience générale du besoin d’indépendance énergétique nationale ». À l’occasion de cette nouvelle édition de l’Observatoire, il a été démontré  « néanmoins une fois encore le fossé entre les ambitions affichées, les déclarations et la réalité du terrain ». Un constat réalisé afin de faciliter le déploiement des énergies renouvelables.

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis