Indemnité carburant 2023 à 100 euros : près de la moitié des foyers fiscaux français pourront le réclamer !

Depuis le 16 janvier, l’Etat verse une prime de carburant d’un montant de 100 euros à tous les travailleurs modestes qui prennent régulièrement la route pour se rendre au travail. Mais qui seront les heureux élus ?

La remise de carburant à la pompe est remplacée par une indemnité de carburant

Suite aux différentes crises traversées par le pays, le prix du carburant a atteint des niveaux très élevés en seulement quelques mois. Alors, pour soutenir les personnes les plus fragiles qui utilisent leur voiture pour aller au travail, l’an dernier, le Gouvernement a instauré une remise forfaitaire appliquée à la pompe. Le défaut de cette aide résidait dans sa cible. En effet, elle s’appliquait à tous les consommateurs, même les plus aisés. Alors, le 31 décembre dernier, à minuit, le Gouvernement a mis fin à cette remise. Celle-ci est maintenant remplacée par l’indemnité carburant, ciblant les ménages modestes.

Indemnité de carburant : conditions et formulaire de demande

L’indemnité de carburant de 100 euros a été mise en place depuis le 16 janvier dernier. Il a pour but de soutenir le pouvoir d’achat des ménages qui peinent à régler leurs factures de carburant. 

D’après le Gouvernement, cette prime concerne les 10 millions de Français les plus modestes, ceux qui sont situés dans les cinq premiers déciles c’est-à-dire ceux dont leur revenu annuel est inférieur à 14.700 euros en 2021. Valable sur tous types de véhicule, il sera versé par personne.

Pour pouvoir toucher cette aide, il faut faire la demande sur le site impots.gouv.fr en renseignant quelques informations dans le formulaire (numéro fiscal, plaque d’immatriculation, etc.). L’aide sera versée dans le compte du bénéficiaire sous 8 jours.

Alors, si vous êtes éligible, ne tardez pas car votre demande doit être faite avant le 28 février 2023. D’ailleurs, selon les dernières nouvelles, seulement 24 heures après le lancement du dispositif, plus de 825 000 demandes ont déjà été enregistrées.

Lire :  Mardi 8 mars : le président Emmanuel Macron s'est engagé à présenter un projet de loi visant à inscrire le droit à l'avortement dans la Constitution française
Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis