L’impact de l’immigration sur les finances publiques

par | 24/05/2018 | Finance

Le débat concernant l’immigration pousse actuellement à se poser la question sur l’impact de l'immigration que cela aura sur les finances publiques. À chacun son argumentaire et les études économiques qui vont avec.

Des études et des conclusions divergentes

Le débat concernant la politique migratoire intéresse tout le monde, de tout âge et de toute classe sociale. Selon la science économique la plus répandue, un afflux d’immigrés équivaut à un choc concernant les offres d’emplois. Toutefois, si le marché du travail est assez flexible, il suffira d’un certain laps de temps pour que tout se rééquilibre. Néanmoins, certains éléments majeurs tels que le SMIC et les contrats de travail compliquent ces ajustements, ce qui crée de nombreuses situations de chômage. L’on peut d’ailleurs constater cela en prenant l’Allemagne pour exemple. Le résultat de ce ralentissement risque de conduire à une perte de richesse, du fait que les natifs doivent être indemnisés pour ce chômage. Toutefois, les économistes n’ont pas réussi à établir un calcul exact de l’impact de l’immigration sur le PIB ainsi que sur le marché du travail. En effet, les conclusions divergent grandement puisque certains pensent qu’au contraire, l’immigration est bénéfique au pays d’accueil sur le long terme. C’est d’ailleurs le cas des États-Unis d’Amérique.

Dans l’ensemble, l’impact de l’immigration est bénéfique

La majorité des études économiques démontrent que l’immigration ne coûte relativement rien au pays d’accueil. D’ailleurs, il semblerait même que les immigrés, à la condition qu’ils exercent un métier, contribuent grandement au financement des retraites. Ainsi, les allocations qu’ils peuvent percevoir sont grandement compensées. Les économistes affirment que les immigrés ont apporté 12 milliards d’euros nets à la collectivité en 2007. De plus, contrairement aux croyances populaires, les personnes nées à l'étranger ne volent pas le travail des natifs. En effet, ils acceptent plus facilement les emplois sous-payés, difficiles et offrant peu d’avantages ou de perspectives d’avenir. La richesse nationale et l’emploi seraient donc grandement favorisés par l’immigration. Il est tout de même important de préciser que l’immigration est relativement faible en France si l’on fait le rapport avec les autres pays. Seulement 200 000 personnes entreraient chaque année sur le territoire, contre 125 000 départs. L’accroissement de la population n’est donc pas si exponentiel. Pour finir, il est important de souligner que bon nombre d’immigrés ont perdu la vie lors de la construction des importantes infrastructures françaises telles les routes, les immeubles et logements ainsi que le métro et les ponts.