Immobilier : une augmentation du loyer constaté

Actuellement, le marché immobilier est à la baisse contrairement aux prix des locations qui est en forte hausse. Le manque d'offre de logements à louer est affecté par la hausse des taux et l'interdiction de louer des passoires thermiques.

Le rôle de l’offre et la demande

Entre l’année 2021 et 2022, le loyer moyen d’un studio parisien est passé de 900 à 950 euros. Ainsi, on constate une augmentation de 5,5 % en un an. Cette hausse a aussi touché d’autre ville telle que Marseille dont les prix des locations ont grimpé de 12 %, à Lille, c’est 10 %. Toutefois, ce ne sont pas seulement les grandes villes qui sont touchées par cette hausse. D’ailleurs, cette tendance serait causée par la loi de l’offre et de la demande.

 

Il s’avère que les divorces entrainent cette tendance puisque les Français finissent par réclamer de plus en plus de logements. Sans compter les étudiants qui quittent le nid familial. De ce fait, il y a le manque de constructions neuves. L’augmentation des loyers serait due au coût des crédits immobiliers et l’interdiction de louer une passoire thermique dépassant le seuil maximal de 450 kWh/m2 par an.

L’enjeu des passoires thermiques

Suite à la hausse du taux de crédits, les primo-accédants potentiels ont renoncé au projet d’achat immobilier. Les poussant ainsi à rester locataire avec un accroissement de la demande à la clé. D’ailleurs, une mesure a été prise par le gouvernement concernant les passoires thermiques disant qu’il est interdit d’établir des contrats de location pour les logements classés G+ depuis le 1er janvier 2023.

 

Face à ce dilemme, plusieurs propriétaires ont choisi de vendre leur bien plutôt que de réalisé les travaux. Le plafonnement des loyers est constaté dans cinq très grandes villes qui sont Paris, Lille, Lyon, Bordeaux et Montpellier. 

Lire :  Immobilier : qu'est-ce que le taux d'épargne résiduel ?

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis