Grève du 7 mars : que peut-on prévoir en tenant compte d’éléments tels que le transport, les écoles et le carburant ?

Ce mardi 7 mars marque le début d'une grève continue dans une multitude de secteurs pour protester contre la réforme des retraites. Il est temps pour nous d'agir !

Le mardi 7 mars 2023, le peuple français sera probablement à l’arrêt, car les syndicats font comprendre leur point de vue : ils ne sont pas en faveur de la réforme. “La France sera à l’arrêt” ont-ils déclaré avec certitude.

Depuis des mois, des manifestations ont lieu dans toute la France. Le 16 janvier, 1,12 million de personnes se sont jointes à la mobilisation de la police et 2 millions ont participé au rassemblement syndical ; le 31 janvier, 1,72 million de personnes ont participé au défilé de la police et 2,8 millions au rassemblement de la CGT ; le 16 février, la CGT a attiré 1,3 million de manifestants et 440 000 personnes ont rejoint le débrayage de l’Intérieur.

Ce mardi 7 mars 2023 ne devrait pas être différent ! Selon les estimations de la police, nous prévoyons entre 1,1 et 1,4 million de personnes qui manifesteront dans tout le pays, les syndicats ayant l’intention de faire entendre leur voix en fermant le pays tout entier !

Voici ce à quoi il faut s’attendre

Sur les routes et les chemins

Il est impossible de prévoir ce que les routes et autoroutes nous réservent, mais une chose est sûre : les syndicats de chauffeurs routiers ont appelé leurs membres à agir en faisant grève.

Les syndicats de Normandie ont déclaré qu’ils bloqueront certaines voies rapides et ronds-points pour faire passer leur message, comme l’a annoncé Informations Dieppoises.

Dans Le Parisien, Patrick Blaise, du syndicat CFDT Route, déclare que les plateformes logistiques et les zones industrielles seront interdites, notamment dans les Hauts-de-France et en région parisienne. Cela pourrait avoir des conséquences importantes sur la disponibilité de l’approvisionnement des épiceries. En complément, des barrages filtrants pourraient également être installés pour plus de protection.

Un mardi désastreux à la SNCF.

Préparez-vous à des trajets difficiles en train ce mardi. Selon la SNCF, seul un train sur cinq circulera, d’où la nécessité de reporter ses projets de voyage ou de passer au télétravail.

De même, à la RATP, les usagers doivent s’attendre à de nombreuses perturbations, notamment des retards de grande ampleur dans le métro et le RER, comme le rapporte actu Paris.

La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a prévenu les voyageurs qu’ils devaient s’attendre à des retards de vols dès lundi soir, notamment aux aéroports d’Orly et de Roissy. Il est donc demandé aux compagnies aériennes de réduire leurs horaires de 20% pour les vols Paris-Charles de Gaulle et de 30% pour les services Paris-Orly.

Lire :  Hausse du RSA au 1ᵉʳ avril 2024 : découvrez le montant de votre mensualité, que vous soyez célibataire, en couple, avec ou sans personne à charge !

L’enseignement en classe sera suspendu jusqu’à nouvel ordre.

En ce qui concerne l’école primaire, on ne sait pas exactement combien d’écoles seront fermées mais une chose est sûre : le syndicat SNUipp-FSU de l’enseignement primaire a déclaré ” le 7 mars, fermons les écoles “.

Avec la fermeture des écoles le 7 mars, en conjonction avec la grève féministe du 8 mars et par des délibérations collectives concernant les initiatives de mobilisation ultérieures, le personnel scolaire s’est uni à d’autres employés pour faire pression avec succès sur les autorités afin qu’elles retirent leur proposition de réforme des pensions.

Le SNES-FSU, syndicat qui représente la majorité des personnels et des élèves de l’enseignement secondaire, appelle à la grève le 7 mars pour protester contre l’enseignement jusqu’à 67 ans. En outre, dans le cadre des célébrations de la Journée internationale de la femme, le 8 mars, il demande aux écoles de fermer leurs portes pour montrer leur soutien à cette cause.

En conséquence, les cours seront annulés à tous les niveaux de l’enseignement secondaire.

Lorsqu’il s’agit des universités, les prévisions sont incertaines. Lors de la dernière période de mobilisation, des établissements d’enseignement ayant un historique de militantisme politique comme Rennes 2 en Ille-et-Vilaine avaient fermé préventivement l’enceinte de leur campus.

Il reste à déterminer comment cela va se dérouler. Pour y remédier, Louis Boyard, député Nupes du Val-de-Marne, a lancé le “défi du blocus”.

En postant une photo du blocus sur les médias sociaux, et espérer être choisis au hasard afin que l’efforts collectifs puissent aider à gagner une invitation à l’Assemblée nationale.

Pour le bénéfice de tous les citoyens

L’Union des Fédérations de Fonctionnaires et assimilés (UFFA-CFDT) a lancé un appel à la grève dans la fonction publique, qui débutera le mardi 7 mars et durera 24 heures. L’objectif est de favoriser la participation “aux négociations qui seraient ouvertes [à Stanislas Guérini, ministre de la transformation et de la fonction publique] en application de l’article L2512-2 du code du travail relatif à l’exercice du droit de grève”. La grève peut très bien être notre outil le plus puissant pour motiver la conversation avec ceux qui peuvent apporter un réel changement ; nous devons l’utiliser à bon escient.

Lire :  Inflation : Carrefour lance son propre panier anti-inflation

Constatez-vous une baisse de vos factures d’électricité et de gaz ?

La Fédération Mines Énergies CGT a déclaré qu’une grève renouvelable est en cours dans le secteur de l’énergie en raison des protestations contre la suppression de certaines mesures incitatives. Par conséquent, plusieurs centrales électriques ont commencé à diminuer leur production.

Dans un communiqué déclaré, le syndicat a appelé les agents de la filière thermique, hydraulique et nucléaire à reprendre le contrôle de leur outil de production à partir de maintenant.

Pour commencer, les centrales nucléaires de Flamanville, Saint Alban et Paluel ont déjà commencé à réduire leur production. En outre, le barrage de Bort-les-Orgues a été mis hors service, comme l’a rapporté la FME-CGT.

De plus, d’autres fournisseurs d’énergie envisagent sérieusement de réduire leur charge ; la centrale de Velaines, par exemple, a annoncé sa fermeture le 7 mars – un fait confirmé par nos collègues d’actu Meuse.

Vendredi 3 mars 2023, des manifestants du syndicat CGT des mineurs et de l’énergie ont beuglé “Emmanuel Macron, si tu persistes dans cette voie, cela conduira à une issue sombre” comme le rapporte actu Meuse.

La possibilité imminente d’une crise du carburant

Afin de se faire entendre, la CGT Fnic (Fédération nationale des industries chimiques) lancera une grève le lundi 6 mars 2023 au soir et pourrait potentiellement se poursuivre par la suite.

La Chimie du commerce mondial (CGT), comme on l’appelle communément, est une force influente. Elle regroupe non seulement l’industrie pharmaceutique, les secteurs du caoutchouc et du plastique, mais aussi la pétrochimie.

Comme nous l’avons mentionné dans cet article, il est probable que les raffineries soient bloquées au début du mois de mars 2023. Par conséquent, une vague d’inquiétude concernant la pénurie de carburant pourrait à nouveau submerger la France.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis