Gaz et électricité : en 2022, les interventions pour factures impayées ont augmenté de 10 %

En 2022, les tarifs de l'énergie ont explosé en raison des 863 000 coupures ou limitations d'électricité recensées par le médiateur de l'énergie.

Le pourcentage de personnes ayant du mal à payer leurs factures d’énergie est passé de 18 % en 2020 à 25 % en 2021, pour atteindre aujourd’hui 27 %, selon les consommateurs.

Le Médiateur national de l’énergie a révélé ce jeudi 30 mars 2023 que le nombre de coupures et de limitations de puissance avait augmenté de 10 % en 2022, atteignant un total de 863 000 cas. Cette nouvelle met en lumière une tendance alarmante soulignant la prévalence croissante des factures d’énergie impayées.

Malgré les tarifs et le chèque-énergie, l’augmentation s’est poursuivie.

 

Minimisation de la consommation

Le médiateur a indiqué que 610 000 des interventions pour factures impayées étaient des “réductions de puissance”, qui sont moins préjudiciables aux consommateurs parce qu’elles fournissent des services de base tels que l’électricité, la réfrigération et la recharge de téléphones. En outre, le nombre de factures impayées a augmenté de 36 % en 2022 !

En ce qui concerne l’électricité, le nombre d’interventions pour factures impayées, coupures ou réductions de courant a augmenté de 9 % par rapport à l’année dernière (767 000). Toutefois, cette augmentation est encore plus marquée en ce qui concerne le gaz naturel : 97 000 cas ont été enregistrés, ce qui représente une hausse impressionnante de 17 % par rapport aux chiffres de 2021.

À partir du 1er avril 2022, EDF a décidé de ne plus suspendre la fourniture d’électricité lorsque les clients sont en retard de paiement. Au lieu de cela, l’entreprise réduira sa fourniture d’électricité à un ou trois kVA, quelle que soit la saison.

 En février 2023, un décret gouvernemental a été publié à l’intention des fournisseurs, les obligeant à assurer un approvisionnement continu en énergie pendant au moins deux mois avant de couper le service d’électricité pour cause de factures impayées.

Lire :  Réforme des retraites : le Sénat a voté le report de l'âge de la retraite

 

Passons à la vitesse supérieure !

Grâce à cette mesure, la fin de la trêve hivernale le 1er avril ne sera plus associée à des coupures d’énergie pour les locataires qui peinent à payer leur loyer et leurs charges. Cependant, Olivier Challan Belval – Médiateur de l’énergie – plaide qu’il est impératif d’aller plus loin.

“L’électricité est un élément vital pour garantir nos besoins de base”, explique-t-il. Établir la quantité minimale d’électricité à fournir avant la déconnexion pour cause de factures impayées est une première étape ; cependant, nous devons maintenant garantir un accès constant à l’électricité tout au long de l’année

Olivier Challan Belval souligne l’importance de la préservation de l’énergie pour les personnes les plus touchées par les pénuries d’énergie actuelles, et ajoute que nous devons tout mettre en œuvre pour soutenir les projets d’amélioration de l’habitat.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis