Crédit : quand devez-vous remplir un questionnaire de santé ?

Pour ceux qui souhaitent obtenir un crédit immobilier en plus d'être souscrit à une assurance emprunteur, il suffit de remplir un questionnaire de santé. Bien qu'elle soit obligatoire, elle n'est plus dans certaine situation comme le cas de déclaration d'une pathologie.

Qu’est-ce qu’un questionnaire de santé ?

Au moment où vous vous souscriviez à une assurance emprunteur, un questionnaire de santé vous est adressé. Ce dernier permet ainsi à l’assurance de savoir votre état de santé pour décider si elle peut vous couvrir ou non. En cas de santé à risque, l’assureur vous demande des examens médicaux complémentaires. Toutefois, ces informations dans les questionnaires seront par la suite protégées par le secret médical.

Le questionnaire de santé est-il obligatoire pour la demande d’un crédit ?

Les nouveaux prêts immobiliers n’ont plus été soumis au questionnaire de santé dès de 1ᵉʳ juin 2022. Quant aux prêts déjà existants, depuis le 1ᵉʳ septembre 2022, il n’est plus obligatoire. En ce qui concerne ceux qui ne veulent plus avoir à remplir le questionnaire de santé, le crédit ne doit pas excéder 200 000 euros et exige d’être remboursé avant vos 60 ans. Permettant ainsi aux assurés de ne plus avoir d’exclusions de garanties et de surprimes.

Le droit à l’oubli

Cela permet aux assurés de ne pas déclarer certaines pathologies à l’assureur dans le cas d’un prêt. Une mesure qui s’applique cinq ans à partir de la fin du protocole thérapeutique. Ce cas concerne tous les anciens malades de cancers qui n’ont pas eu de rechute en plus des personnes atteintes d’hépatite C.

Les alternatives pour garantir un prêt en cas d’un problème de santé

Dans le cas où votre état de santé ne vous permet pas de bénéficier d’une assurance de prêts, le prêteur applique la convention AERAS. Elle vise à simplifier l’accès à l’emprunt en cas de problème de santé. Il existe ainsi d’autres alternatives comme la caution à laquelle une personne s’engage auprès de la banque pour rembourser le prêt dans le cas où vous ne pouvez plus le rembourser. Il existe aussi le nantissement d’un capital auquel la banque peut y puiser dans le cas de non-remboursement. Et enfin l’hypothèque d’un bien immobilier si vous en êtes propriétaire.

Lire :  Le prix de l'électricité chute sur le marché de gros, mais pourquoi les consommateurs continuent-ils à payer le même prix ?

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis