Coupe du Monde 2022 : Le Maroc cible d’une polémique raciste

Toujours en lice dans la Coupe du monde, Maroc devra défendre sa place face à la France à l'occasion de la demi-finale de ce mercredi. Malgré l'exploit des Marocains, ces derniers sont victimes des polémiques jugé raciste en Italie.

Maroc en demi-finale

En huitième de finale, le Maroc a battu l’Espagne, puis en quart, ils ont tenu bon face au Portugal. Après une pause de deux jours, les matchs de la demi-finale reprendront ce mardi et mercredi. Cette fois, le Maroc s’opposera à l’Équipe de France ce mercredi lors de la Coupe du monde. Un match décisif pour que le Maroc puisse continuer et parvenir en finale de ce Mondial au Qatar.

Malgré leur parcours semé d’embuche, le Maroc a réécrit l’histoire en devenant le premier équipe africain à se qualifier en demi-finale du Mondial. Un exploit qui n’a pas manqué de réjouir les supporters ainsi que les joueurs sur le terrain. Un succès qui fait des jaloux, en Italie, les supporters marocains dans le pays sont au centre d’une polémique.

Marco Fiori, des propos de trop

Nombreux des citoyens en Italie possèdent des origines marocaines alors les supporters du Maroc se rassemble pour célébrer les victoires des Lions de l’Atlas. Pourtant, les jaloux n’en manquent pas, comme c’est le cas de Marco Fiori, membre de la Ligue du Nord. Après la victoire du Maroc face à l’Espagne, ce dernier a déclaré : « J’espère que le Maroc sera éliminé de la Coupe du monde pour qu’on arrête enfin de voir des singes hurleurs dans la rue. »

Suite à la victoire des Lions de l’Atlas face au Portugal, celui qui siège au conseil municipal de Santarcangelo di Romagna n’a pas manqué de ciblé de nouveau l’équipe marocaine. « Attention. Des rassemblements de singes hurleurs sont à nouveau attendus ce soir. » s’est-il exprimé sur son compte Facebook. Des propos qui ont suscité l’intervention du maire de Rimini, Jamil Sadegholvaad : « Je ne sais pas si quelqu’un, capable d’écrire des choses comme ça, a besoin de plus d’indignation ou de pitié humaine. Le doute devient énorme si cette personne représente le quatrième parti italien dans la municipalité de Santarcangelo. »

Afin de se défendre, Marco Fiori a expliqué que le mot singe est couramment utilisé pour définir les gens qui crient et qui font le bordel. Le fait de parler de singe hurleur n’est pas un délit en soi, a-t-il affirmé. Avant de présenter ses excuses si quelqu’un s’est senti offensé, mais il s’avère que la phrase elle-même n’offense ni n’affecte aucune sphère sensible.

 

Afficher Masquer le sommaire
Lire :  Coupe du monde 2022 : Mourinho nouveau sélectionneur du Portugal

Partagez votre avis