Chirurgie du visage : une pratique qui tend à se banaliser

par 15/05/2019Santé

Qu'il s'agisse de rehausser son regard, de changer un nez qui ne convient pas, d'effacer les traces laissées par le temps et le stress ou de raffermir un menton, la chirurgie esthétique a la solution qu'il faut. Entre les difficultés à assumer sa propre image de soi, le regard des autres et le temps qui passe, de plus en plus de personnes décident d'y recourir. Mais comment cette chirurgie du visage se passe-t-elle exactement ? Jusqu'où peut-elle aller ? Nous vous expliquons tout.

La chirurgie du visage : une pratique qui s'est perfectionnée avec le temps

Loin d'être une invention du 21e siècle, la médecine esthétique est une pratique utilisée depuis l'Égypte ancienne. À cette époque, il était d'usage de pratiquer la rhinoplastie ou de modifier les oreilles ou les lèvres, avec de la peau prélevée sur d'autres parties du corps. La médecine plastique de la face a traversé les âges, avant de parvenir à notre époque.

Les pratiques ont également évolué au fil des années, du botox au peeling, du lifting à l'acide hyaluronique ou encore au laser. Cette évolution de la technologie a permis de se perfectionner et de s'attaquer à différentes zones et à différentes imperfections du visage.

Quel type d'opérations peut-on réaliser avec la chirurgie du visage ?

L'esthétique du visage permet de corriger toutes sortes d'imperfections de surface, allant du teint aux sourcils et aux lèvres. Ainsi, pour rehausser le teint, on peut recourir au peeling. Cette technique permet d'enlever les impuretés de la peau pour un teint plus éclatant. Il est possible également de corriger les rougeurs, les taches brunes de vieillesse et autres défauts pigmentaires. Les professionnels de l'esthétique se servent également de l'acide hyaluronique pour effacer les traces du temps ou repulper les lèvres par exemple.

La chirurgie plastique quant à elle permet de modifier plus lourdement les traits du visage. Reconstruction de la pyramide nasale, correction de l'arête du nez, remodelage du menton, opération des paupières tombantes, des pommettes ou encore des oreilles décollées sont des opérations courantes qui visent à corriger un défaut que le patient ne peut plus supporter. Le visage est la face sociale que nous présentons au monde, notre identité. Alors on l'utilise également pour reconstruire la face, après un accident, une maladie ou une malformation : cicatrices, bec-de-lièvre, cloison nasale déviée, mâchoire déplacée, transition de genre, etc.

Mais l'utilisation de la chirurgie esthétique pour rajeunir le visage constitue également une pratique courante. Il peut s'agir de redessiner le contour du visage (avec le lifting), de corriger les paupières lourdes, d'adoucir l'expression rendue sévère ou triste par les rides ou d'enlever un double menton.

Dans quel cas peut-on recourir à la chirurgie du visage ?

Décider de recourir à une chirurgie esthétique est une décision des plus importantes. Il s'agit en effet d'un traitement irréversible, qui touche à l'identité même du patient. Aussi, avant d'y recourir, il est nécessaire de bien réfléchir et discuter avec le praticien des modifications à réaliser et des résultats espérés.

Il existe des situations pour lesquelles le recours à la chirurgie plastique semble inévitable : des cicatrices ou des rides intraitables de manière naturelle par exemple. Pour des défauts de structure, une transition de genre ou des malformations impossibles à vivre au quotidien sur le nez, les lèvres ou au niveau des paupières, la médecine esthétique reste également le seul recours.

Techniquement, il n'existe aucune limite qui empêche de faire appel à un chirurgien esthétique, tant que le patient est majeur et que la décision est bien réfléchie. La chirurgie plastique n'est pas qu'un traitement superficiel, on peut également y recourir pour se débarrasser de ses complexes et se sentir enfin bien dans sa peau et dans son identité.